Pan troglodytes verus

Au début du 20ème siècle, il y avait entre 1 et 2 millions de chimpanzés présents dans 25 pays africains.

Encore en 1960, quand j’ai commencé mes recherches sur les chimpanzés en Tanzanie, il devait y en avoir au moins un million, bien que dans 2 ou 3 pays, ils avaient déjà disparu. Aujourd’hui, 57 années plus tard, on estime qu’il reste moins de 250.000 individus" - Jane Goodall.

Les chimpanzés (Pan troglodytes) sont une des espèces de grands singes qui vivent sur terre et se trouvent en état de liberté en Afrique tropicale. Avec les bonobos (Pan paniscus), les chimpanzés sont l’espèce la plus proche des humains aux niveaux physique, comportemental et génétique (il existe seulement une différence génétique d’environ 1,4% entre les chimpanzés et nous), raison pour laquelle, leur étude offre un point de vue important pour la connaissance de notre histoire évolutive. Il s’agit d’animaux extrêmement sociaux et intelligents, avec d’importantes capacités cognitives pour l’apprentissage. Un grand nombre de comportements se transmettent de génération en génération, ce qui démontre que les chimpanzés possèdent des conduites culturelles.

Les chimpanzés se caractérisent par le fait d’avoir une alimentation omnivore, très variable en fonction de la population et de la saisonnalité, bien que la consommation de fruits constitue une grande partie de leur alimentation. Ils vivent majoritairement dans les forêts humides et sèches, occupant également des forêts-galeries et pouvant se rendre jusque dans la savane. En conditions de liberté, les chimpanzés peuvent vivre jusqu’à 40 ans. Pour dormir, ils construisent des nids chaque nuit en haut des arbres et sont sélectifs quant au choix de l’arbre dans lequel ils souhaitent construire leur nid. Certaines jeunes femelles migrent, en abandonnant leur groupe natal, tandis que les mâles y restent (ils ne seraient pas acceptés par les mâles des autres groupes territoriaux).

Les chimpanzés constituent des communautés sociales de 5 à 150 individus et possèdent une structure sociale de fission-fusion, où, parfois, se forment des sous-groupes moins stables, qui ne représentent qu’une partie de tout le groupe. Cette structure sociale dynamique permet plus de flexibilité au moment d’exploiter les aliments, lorsque les ressources se retrouvent plus ou moins limitées en raison de la saisonnalité. Les chimpanzés utilisent des interactions sociales complexes et montrent des capacités de coopération, de formation d’alliances et de réconciliation. Les groupes possèdent des structures hiérarchiques, où les mâles adultes dominent (en commençant par le mâle alpha), bien que les femelles possèdent une hiérarchie entre elles. Ils montrent un comportement d’adhésion par le toilettage (grooming), qui, d’un côté a une fonction hygiénique et, d’un autre côté, sert d’outil social, pour renforcer le lien entre les individus, réduire la tension ou pour créer des alliances entre des individus qui ne sont pas en relation.

Les chimpanzés construisent et utilisent de manière habituelle un répertoire varié d’outils pour accéder à certains aliments, pour les utiliser comme arme ou pour améliorer leur confort. Ce fut la docteure Jane Goodall qui, en 1960, durant ses études à Gombe, en Tanzanie, découvrit l’utilisation des outils par les chimpanzés et invalida ainsi la croyance que les hommes étaient les seuls capables de créer et utiliser des outils. De postérieures investigations ont démontré que d’autres espèces animales utilisent également des outils. Les 4 sous-espèces de chimpanzés sont connues pour concevoir et utiliser des outils de manière extensive. On observe jusqu’à 54 outils utilisés, avec des répertoires différents selon la zone d’Afrique où ils vivent et selon les découvertes et transferts de connaissances intergénérationnels réalisés.

Malgré la large répartition du chimpanzé commun à travers le grand continent africain, ses populations ont diminué de plus de 66% au cours des 30 dernières années, raison pour laquelle le chimpanzé est, au jour d’aujourd’hui, une espèce en voie d’extinction, répertoriée dans cette catégorie par l’Union International pour la Conservation de la Nature (UICN). Si aucune mesure n’est prise, l’espèce court le risque de disparaitre au cours des prochaines années.

 

Quatre sous-espèces de chimpanzé sont reconnues : le chimpanzé d’Afrique occidentale (Pan troglodytes verus), le chimpanzé du Nigeria-Cameroun (Pan troglodytes ellioti – auparavant appelé vellerosus), le chimpanzé d’Afrique centrale (Pan troglodytes troglodytes) et le chimpanzé d’Afrique orientale (Pan troglodytes schweinfurthii).

L’équipe de l’Institut Jane Goodall au Sénégal, établit dans la Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo, au sud-est du Sénégal, centre ses recherches sur la sous-espèce de chimpanzé d’Afrique occidentale (Pan troglodytes verus).

Le chimpanzé d’Afrique occidentale (Pan troglodytes verus)
 
Caractéristiques physiques

Le chimpanzé d’Afrique occidentale se caractérise par une peau foncée autour des yeux, un museau clair qui s’obscurcit avec l’âge, une calvitie, bien qu’elle ne soit pas aussi prononcée que chez le chimpanzé d’Afrique centrale, et une barbe blanche ou grisonnante. 

Adaptation à la savane

Dans la Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo (Sénégal), la sous-espèce vit dans une des régions les plus sèches et chaudes de sa zone de répartition totale et nous l’appelons chimpanzé de savane en raison de son adaptation à ce type d’habitat.

Comportement instrumental

Cette sous-espèce utilise des outils de divers types dans les pays dans lesquels elle vit et est spécialement connue pour casser des noix avec des marteaux et des enclumes (par exemple, en Guinée ou en Côte d’Ivoire), bien que ce comportement n’ait pas encore été observé dans la Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo. La pêche de termites à l’aide de brindilles est quant à lui, le comportement culturel le plus important chez les chimpanzés de cette région. Il a également été découvert en Guinée la pêche d’algues grâce à des bâtons et, au Sénégal, la chasse de galagos (bushbabies) avec des lances réalisées à partir de branches aiguisées avec les dents. Quelques groupes possèdent d’autres comportements interpellants tels que fréquenter des grottes ou se mettre dans l’eau pour se rafraichir.

Répartition

Ils se répartissent du sud-est du Sénégal jusqu’au fleuve Niger au Nigeria ou jusqu’au couloir Togo-Dahomey Gap, la mosaïque de forêt-savane guinéenne, qui s’étend jusqu’à la côte du Bénin, Togo et Ghana.

Etat de conservation

Le chimpanzé d’Afrique occidentale (Pan troglodytes verus) est une des deux espèces de chimpanzé les plus menacées, avec le chimpanzé du Nigeria-Cameroun (Pan troglodytes ellioti). En 2003, le nombre total d’individus de P.t.verus a été estimé entre 21.300 et 55.600 par Kormos et al., la plus grande population étant celle de Guinée. Le chimpanzé d’Afrique occidentale a disparu au Togo et en Gambie, a probablement disparu au Bénin et pourrait bientôt disparaitre au Burkina Faso, au Sénégal – en 2001, Butynski estimait le nombre de chimpanzés au Sénégal entre 200 et 400 individus- et au Ghana. La UICN a référencé cette sous-espèce dans la Liste Rouge 2016, comme étant en voie d’extinction.

Menaces

La fragmentation et la perte d’habitat, résultat des activités humaines comme la déforestation, que ce soit en raison de la coupe des arbres ou de la création de champs de culture et des incendies, sont les principales menaces dont souffrent les chimpanzés d’Afriques occidentale au Sénégal. Pour cette raison, de nombreuses populations de cette sous-espèce se retrouvent isolées dans des parcelles de forêt, mettant en danger leur survie à long terme. Heureusement, ni le braconnage ni le trafic illégal de chimpanzés ne constituent une menace actuelle pour la survie de cette sous-espèce au Sénégal. Plus au sud par contre, en Guinée et dans d’autres pays, cela représente bien une menace.

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

El programa del IJG de investigación para la conservación del hábitat del chimpancé occidental se localiza principalmente en el área de Kédougou y cuenta con cuatro sites en Senegal (Dindéfélo, Ségou, Nandoumary y  Goumbambere) y un quinto site en Guinea (Sabé).

¿Dónde

estamos?

Estación 

Biológica

La Estación Biológica Dindéfélo es el centro de estudio, investigación y formación del IJGE en Dindéfélo, Senegal. Se dedica a la investigación de las desciplinas relacionadas con el ecosistema y la biodiversidad del chimpancé occidental, especialmente estudios sobre los chimpancés y su hábitat.