Département de l'Agroforesterie Durable

Le Département de l'Agroforesterie Durable fait partie du programme de l'Institut Jane Goodall Espagne au Sénégal et en Guinée. Il a été créé à Dindefello en avril 2013 pour faciliter la recherche et la conservation des chimpanzés, ainsi que la gestion durable des ressources naturelles.

Le programme de l'Institut Jane Goodall a identifié des problèmes importants liés à l'agroforesterie durable qui doivent être résolus pour pouvoir aider les populations de chimpanzés et leur habitat: fragmentation des forêts, déforestation, feux de forêt, augmentation des terres cultivables et augmentation de la densité du bétail, entre autres. Tous ces facteurs entraînent la destruction des forêts et, par conséquent, la destruction de l'habitat des groupes de Pan troglodytes verus, une sous-espèce de chimpanzé en danger critique d'extinction.

Suivant l'approche de l'équipe de l'IJG Sénégal, le Département de l'Agroforesterie Durable fonde toutes les décisions sur des données scientifiques et, compte tenu du manque de recherches antérieures dans ce domaine, base ses actions sur ses propres recherches. L'investigation a été réalisée par l'équipe de l'IJG depuis l'ouverture du département. Ce projet a été soutenu par diverses entités au cours des années.

Durant la première période, un plan de lutte contre les problèmes et les menaces a été planifié dans le domaine de l'agroforesterie de la Réserve Naturelle Communautaire de Dindefello (RNCD), notamment dans la vallée de Nandoumary, l'une des zones les plus touchées par la déforestation. Des travaux ont été entrepris pour reconnaître le système agricole et d'élevage dans la région, ce qui constituerait la base du Département de l'Agroforesterie Durable.

Historiquement, il y a eu jusqu'à six grands axes de travail :

Les plantations

Le département s'appuie sur quatre stratégies pour améliorer l'état de l'habitat dans la RNCD et ses environs : la restauration écologique, qui à travers le reboisement des arbres utilisés par les chimpanzés vise à accélérer la succession végétale dans les terres qui ont été déboisées ou dans les champs de cultures abandonnés, pour favoriser la régénération de corridors biologiques pour les chimpanzés et d'autres animaux ; la création de haies vives, qui consistent en des clôtures faites avec des plantes vivantes qui empêchent le passage des animaux aux cultures, au lieu d'utiliser du bois coupé dans la forêt qui pourrit et doit être changé régulièrement, réduisant la pression anthropique sur les forêts ; les plantations de zone tampon, qui visent à réduire l'extraction de bois et d'autres ressources naturelles dans les zones forestières d'intérêt pour la faune en plantant des espèces de plus grand intérêt pour l'homme, en dehors de la zone protégée ; et la distribution d'arbres fruitiers et de plantes et graines de nebeday (Moringa oleifera), pour améliorer la sécurité alimentaire de la population, générer des revenus et réduire l'extraction de fruits sauvages de la forêt.


Depuis 2019, la Maisons du Monde Foundation collabore au soutien de ces activités, ainsi qu'à la sensibilisation et à la prévention des feux de brousse.


















Feux de brousse
Les feux de brousse constituent une menace sérieuse pour la biodiversité et, malheureusement, ils sont très présents dans l'écorégion du Sahel, qui comprend la zone d'action de l'IJG au Sénégal. La collaboration avec l'Université Polytechnique de Madrid (UPM) a permis l'étude de la dynamique des incendies et la conception d'infrastructures de lutte contre les incendies et de mesures d'atténuation. Dans cette optique, l'IJG mène également des séances de sensibilisation et de collaboration avec les acteurs locaux pour lutter contre ce vecteur de déforestation. Chaque année, des pare-feux sont également construits dans tout le RNCD, et des travaux sont activement menés sur la prévention et le controle des feux de brousse, avec la participation des équipes de l'IJG et de la RNCD.

Aménagement du territoire
À ce stade, l'IJG s'est concentré sur l'analyse des champs de culture et de leur emplacement et propose les meilleures stratégies pour atteindre la plus grande efficacité dans la production de nourriture pour la population qui vit dans la RNCD, en tenant toujours compte de la protection de la biodiversité et les zones de grande importance pour la conservation. L'équipe de l'IJGE a élaboré une carte avec des zones plus ou moins protégées qui ont été intégrées dans le Plan de gestion 2021-2026 de la RNCD.

Études de base
Ces études permettent au Département de l'Agroforesterie Durable de prendre des décisions fondées sur des données scientifiques. Suite à cette procédure, le département a réalisé le premier inventaire forestier de la Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo en collaboration avec l'Université de Huelva (UHU) et l'Université Polytechnique de Madrid (UPM), en plus des études de base dans les domaines suivants :
- Corridors écologiques chimpanzés, en collaboration avec l'UPM
- Mycologie
- Régénération de champs abandonnés, en collaboration avec l'UPM
- Feux de brousse, en collaboration avec l'UPM
- Systèmes agricoles et d'élevage

Formations et matériel scientifique et pédagogique
D'autres objectifs du Département de l'Agroforesterie Durable sont la production de matériel scientifique et informatif ainsi que la création d'un guide botanique pour la région et d'un autre guide ethnobotanique.

De même, grâce à des collaborations avec des entités telles que l'Université Miguel Hernández d'Elche, des études de sol et des formations ultérieures ont été réalisées avec des agriculteurs de différents villages de la commune de Dindéfélo pour lutter contre l'érosion et améliorer la fertilité du sol.

2021 Logo MDM Foundation ss cartouche RVB.jpg